Menu déroulant

Océanez vous....

Embarquez avec des scientifiques, des ingénieurs et des marins pour une navigation - exploration des relations entre l'océan, le climat et les ressources énergétiques renouvelables de l'Océan dans la perspective du Changement Climatique...

                                                                           Pour en savoir plus, cliquer sur l'image

Quelques sites à consulter :

Copernicus : Indicateurs de surveillance des océans

Mercator Océan : Analyser et prévoir l'Océan

Aviso : Bulletin El Niño

Des réponses de scientifiques aux questions les plus courantes sur le climat et sur son évolution : Le climat en question

Analyse des systèmes d'observation passés, existants et futurs, pour l'atmosphère et ses milieux connexes : OSCAR Observing Systems Capability Analysis and Review Tool

Ce site permet à l'internaute de se documenter sur différents aspects des systèmes d'observation (besoins et lacunes en observation par rapport à diverses applications). En cliquant sur «satellite capabilities» on peut d'accéder («à la carte» et de manière interactive) à une revue de tous les satellites d'observation passés, existants et futurs, ainsi qu'à une fiche technique décrivant chaque instrument, chaque satellite et chaque programme satellitaire.

Nouvelles de l'énergie thermique des mers : OTEC News

Brèves

Septembre 2020

Première utilisation opérationnelle des observations AEROLUS à Méteo France.

Les données de vent du lidar embarqué sur le satellite Aeolus sont utilisées opérationnellement dans la prévision numérique à Météo-France (analyse Arpège) depuis le mardi 30 juin 2020. Ce satellite a été lancé en août 2018. Il s'agit d'une mission spatiale de recherche de l'ESA (Agence Spatiale Européenne; série dite "Earth Explorer"). Le satellite, son instrument et les données de vent produites sont décrites dans la News parue en 2018.<

Depuis le lancement, il a fallu plus d'un an pour que les observations de vent Aeolus soient utilisées opérationnellement à Reading, au CEPMMT (9 janvier 2020),et près de deux ans pour qu'elles le soient à Météo-France (30 juin 2020). Le CEPMMT est le premier utilisateur d'Aeolus dans son modèle de prévision, mais est aussi impliqué dans le prétraitement et de la distribution des données aux autres services météorologiques.

Pour arriver à une utilisation efficace de ces observations dans les modèles il a fallu surmonter plusieurs difficultés. Panne du laser principal et activation du laser de secours en juin 2019. Diagnostic et correction d'un fort biais dans les observations de vent provenant des variations de température du miroir antenne. Pour détails scientifiques et techniques, voir l'article sur le site du Centre européen.

Étonnante et triste coïncidence: Pierre Flamant, grand spécialiste des lidars météos au CNRS, est décédé le mardi 30 juin, le jour-même où Météo-France concrétisait une utilisation opérationnelle des observations Aeolus. Pierre Flamant avait œuvré pendant plusieurs décennies dans le groupe scientifique de l'ESA pour préparer cette mission spatiale.
Voir hommage à Pierre Flamand.

Août 2020

Modèle simplifié de l'Effet de serre

Un groupe de membres du Club des Argonautes a mis au point un modèle d’évaluation de l’effet serre et de son influence sur la température moyenne de la Terre.
Il s’agit d’une version créée à des fins pédagogiques.

L'utilisateur de ce modèle peut faire varier la constante solaire, la couverture nuageuse et l'albédo en ciel clair, c’est-à-dire l'albédo qu'aurait la Terre sans aucun nuage.
L'application calcule les flux infrarouges sortants au sommet de l'atmosphère (TOA : Top of Atmosphere) en fonction de la température de surface, de l'humidité relative, de la concentration en CO2 et de la couverture nuageuse.
La méthode consiste à fixer l'humidité relative, la concentration en CO2 et la couverture nuageuse (basse ou haute), et à chercher par tâtonnements la température de surface qui satisfait l'équilibre énergétique.

Pour faire tourner ce modèle, cliquer sur ce lien :

Modèle d'évaluation de l'effet de serre

Une première page vous expliquera en détail le mode d'emploi, une deuxième vous permettra de faire varier les paramètres du modèle et de voir l'influence de ces variations. Enfin pour ceux qui s'intéressent à l'aspect logiciel, dans une dernière page vous trouverez le code de l'application.

Avril 2020

La mission «Pirata FR30»

Parti de Brest le 6 février 2020, le navire océanographique de l'Ifremer Thalassa est de retour ce lundi 30 mars après avoir accompli la mission «Pirata FR30» dans son intégralité.

Le programme Pirata (Prediction and Research Moored Array in the Tropical Atlantic) est un programme d’océanographie opérationnelle mis en place en 1997, sous l’égide du programme international Clivar (Climate Variability and predictability), dans le cadre d’une coopération multinationale (France, Brésil, USA rejoint plus tard par l'Afrique du Sud). Pour la partie française, il a été lancé à l'initiative de Jacques Servain.

Il est dédié à l’étude des interactions océan-atmosphère dans les régions tropicales de l’Atlantique et de leur rôle dans la variabilité climatique régionale à des échelles saisonnières, interannuelles, voire plus longues, dans le cadre des changements climatiques en cours.
Depuis plus de 20 ans, Pirata maintient un réseau de bouées météo-océaniques qui permet de faire des observations au bénéfice des différents organismes de recherche.
Il collecte et transmet un jeu de données océaniques et atmosphériques, en temps réel via satellites, ce qui permet de suivre et d'étudier l'océan superficiel et l'atmosphère en Atlantique tropical et d'alimenter en données in situ les systèmes opérationnels.

Pour en savoir plus
Atlantic Ocean - PIRATA - Site de la NOAA.
Article du Legos

Mars 2020

Rapport OMM sur le climat

Evolution temperature

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a publié, le 10 mars 2020, un rapport sur l’état actuel du climat terrestre pour le moins alarmant.
L'année 2019 a bien été la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée par l’OMM.
La température moyenne mondiale a été supérieure de 1,1 °C par rapport aux niveaux préindustriels estimés, ce qui a dépassé le record établi en 2016, année où l’augmentation de la température moyenne mondiale a été causée par le fort épisode El Niño.
«Nous sommes actuellement très loin d’atteindre les objectifs de 1,5 °C ou de 2 °C prévus par l’Accord de Paris», a indiqué le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), M. Antonio Guterres, en avant-propos.
Les autre indicateurs sont tout aussi inquiétant, entre autres :
Accélération de l’élévation du niveau moyen des océans et de l’acidification, Recul de la banquise.

Voir le rapport OMM établi en lien avec les organismes météorologiques :
WMO Statement on the State of the Global Climate in 2019(pdf 3 Mo) ,
le communiqué de presse :
"Un rapport interorganisations met en évidence les répercussions croissantes du changement climatique sur l’atmosphère, les terres et les océans"
et la Déclaration de l'OMM sur le climat mondial

Lire aussi :
Actu environnement

Hommage à Jean-François Geleyn

Jean-François Geleyn

Le jeudi 6 février 2020, s’est tenue sur la Météopole toulousaine une journée scientifique à la mémoire de Jean-François Geleyn, décédé cinq ans auparavant, le 8 janvier 2015, deux semaines avant d’atteindre son 65e anniversaire.

Jean-François Geleyn avait consacré toute sa carrière à la modélisation de l’atmosphère, spécialité dont il est devenu très jeune un leader mondial.

L’ensemble des présentations, des interventions enregistrées et des montages photo-vidéo retraçant sa vie, est accessible sur le lien suivant :

A tribute to Jean-François Geleyn

Ce site permet de revivre l’intégralité de la journée du 6 février 2020.

 

Un hommage à Joël Noilhan

Joël Noilhan

Un symposium scientifique s’était tenu sur la Météopole toulousaine les 21 et 22 mars 2019, à la mémoire de Joël Noilhan, décédé en octobre 2010, à l’âge de 57 ans, alors qu’il était chercheur à Météo-France, spécialisé en micrométéorologie, hydrologie et modélisation des interactions entre l’atmosphère et les surfaces continentales.

Faisant suite à ce séminaire, le numéro suivant de La Météorologie est un numéro spécial qui lui est consacré :

La Météorologie, février 2020, 8e série, N°108.

Les principales présentations données lors du symposium sont accessibles sur le lien suivant :

A Tribute to Joël Noilhan

 

Janvier 2020

Anny Cazenave, membre du Club des Argonautes, lauréate du prix Vetlesen 2020.

Anny Cazenave

Le prix Vetlesen 2020 a été décerné à Anny Cazenave pour ses recherches dans le domaine des sciences de la Terre et le rôle clé qu'elle a joué notamment dans l'amélioration des connaissances. Elle recevra cette distinction en avril 2020 à l’Université de Columbia aux États-Unis.

Anny Cazenave a été l'une des première à utiliser les données des satellites d'altimétrie pour cartographier la hauteur des océans et les changements associés dans les calottes glaciaires, les masses continentales et les masses d'eau douce.
La hausse du niveau des océans, actuellement de plus de 3 millimètres par an, est deux fois plus rapide que celle enregistrée au cours du 20ème siècle. Et cette hausse continue à s’accélérer.

Anny Cazenave est membre de l’Académie des sciences, chercheuse émérite au Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales, experte auprès du CNES. Elle a été titulaire de la chaire au Collège de France : Développement durable - Environnement, Energie et Société.

Ce prix, équivalent d'un prix Nobel, est remis pour la deuxième fois à une personnalité issue de la communauté scientifique française, le premier lauréat étant le climatologue Jean Jouzel en 2012.

Toutes nos félicitations à Anny Cazenave !

Livres :
Formes et mouvements de la terre. Satellites et géodésie. Anny Cazenave et Kurt Feigl. 1994
La Terre vue de l'espace. Anny Cazenave et Didier Massonet. Bibliothèque Scientifique. Ed. Belin. 2004
Carte des fonds océaniques par altimétrie spatiale. Stéphane Calmant, Anny Cazenave, Muriel Bergé-Nguyen. 2006
La Terre et l'environnement observés depuis l'espace. Anny Cazenave. Ed. Fayard-Collège de France. 2013

FAQ sur notre site :
Pourquoi la connaissance précise du champ de gravité terrestre est-elle si importante pour le climat ?

Novembre 2019

Des nouvelles du satellite Aeolus

Aeolus, mesures laser

Quinze mois après son lancement (le 22 août 2018), les observations de vent du satellite Aeolus ont pu être utilisées avec succès par le modèle de prévision numérique du temps du Centre Européen de Prévision Météorologique à Moyen Terme (CEPMMT).

Pour en savoir plus, voir la publication Tests show positive impact of new Aeolus wind data on forecasts

Rappelons que Aeolus utilise une technique laser très élaborée et adaptée à l'espace pour mesurer le vent.

À bord du satellite, l'instrument Aladin (Atmospheric Laser Doppler Instrument) permet désormais de disposer de mesures directes du vent, fiables et précises, données fondamentales pour la prévision météo et qu'on ne savait pas faire jusqu'à présent.

Pour plus de détails, voir la News de septembre 2018

100 ppm de plus en 61 ans !

Courbe de Keeling

315 ppm de CO2 ont été mesurées par Charles Keeling à Mauna Loa, en 1958. 61 ans plus tard, on a enregistré à Mauna LOA plus de 415 ppm (en Mai 2019.)

Bien sûr, le rythme actuel d'augmentation de la concentration en CO2 est hélas plus rapide qu'au siècle dernier. Si ce rythme se maintient à son niveau actuel, il ne faudra que 45 ans pour atteindre 515 ppm... en 2064.

Pour ceux qui comprennent l'anglais, voir cette video dans laquelle Ralph, le fils de Charles Keeling, montre comment son père a réalisé cette précieuse série de mesures qui caractérise la façon dont l'humanité bouscule les conditions qui ont rendu possible son extraordinaire développement :
How Scientists Measure Carbon Dioxide in the Air


Octobre 2019

Sommet Action Climat organisé par l’ONU

United In Science

Le 22 septembre 2019, les principaux organismes climatologiques mondiaux ont uni leurs forces afin d’établir un rapport historique à destination du "Sommet Action Climat organisé par l’ONU". Ils ont mis en relief l'écart flagrant – et croissant – entre les objectifs convenus pour lutter contre le réchauffement de la planète et la réalité.
Ce rapport, intitulé «United in Science», contient des détails sur l'état du climat et présente les tendances en matière d’émissions et de concentrations des principaux gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Il souligne, entre autre, l'urgence d'une transformation socio-économique fondamentale dans des secteurs clés tels que l’utilisation des terres émergées et l'énergie afin d'éviter une augmentation dangereuse des températures mondiales, dont les impacts pourraient être irréversibles.
À lire. Voir aussi le site de l'Organisation Météorologique Mondiale.

Fin de la mission de Jason 2

Fin de Jason 2

Le 20 juin 2018, le satellite Jason-2 fêtait son 10ème anniversaire.
Le 1er octobre 2019, la mission d'observation des océans de Jason-2 était arrêtée suite à une défaillance du système d'alimentation du satellite.

Jason-2/Ocean Surface Topography Mission (OSTM) est un programmme commun : NASA, "National Aeronautics and Space Administration", CNES "Centre National d'Etudes Spatiales", NOAA, "National Oceanic and Atmospheric Administration", EUMETSAT "European Organisation for the Exploitation of Meteorological Satellites".

Jason-2 fait partie d'une série de missions de mesures de la hauteur de surface des océans, d'une longévité record. Elle a démarré en août 1992 par le programme CNES-NASA qui a mis en orbite le satellite TOPEX-Poseidon. Ont suivi Jason-1 en 2001, puis avec une structure élargie, Jason-2 en 2008 et Jason-3 en 2016. Depuis bientôt 30 ans, cette succession de missions réussies a permis des mesures de haute précision, sans interruption et avec des périodes de recouvrement, ce qui garantit l'homogénéité des mesures. Des données uniques sur les courants océaniques et l'élévation du niveau de la mer ont été fournies aux scientifiques. Introduites dans des modèles d'océan, elles ont aussi permis une surveillance constante avec la fourniture régulière et gratuite des principaux paramètres océaniques telle que la variabilité et la dynamique de l’océan. Ces mesures ont aussi contribué à l'essor de l'"Océanographie opérationnelle".

La pérennité de cette série sera assurée par le successeur de Jason-3. Cette cinquième mission portera le nom de Sentinel-6/Jason-CS qui devrait être lancé en 2020, suivi d'un successeur en 2025.

Pour plus de détails voir :

Jason-2 tire sa révérence après onze années de surveillance des océans (CNES)

Ocean-Monitoring Satellite Mission Ends After 11 Successful Years (NASA)

Voir aussi sur notre site :

Success Story Jason-1. Témoignage à l'occasion du 10ième anniversaire du lancement.

LANCEMENT DE JASON-3 - Le point sur l'altimétrie au 18/01/2016. Jean Pailleux.

Plus de brèves

Ouvrages publiés par le Club

Climat, le temps d'agir, nouvel ouvrage collectif du Club des Argonautes publié aux éditions "Le Cherche Midi".

À l'heure où s'ouvre la conférence de Paris sur le climat, un constat : le réchauffement climatique est bien en marche.

Le rejet dans l'atmosphère de gaz à effet de serre émis par les activités humaines a modifié en profondeur le climat de notre planète et le phénomène s'amplifie de jour en jour.

La question qui se pose maintenant est celle des actions que doit entreprendre l'humanité pour y faire face. C'est l'objet de cet ouvrage collectif écrit pas des experts et scientifiques du domaine.

L'objet de ce livre est de donner au lecteur les connaissances nécessaires pour apprécier ce qu'il est possible de faire pour s'adapter à un changement inéluctable et pour en limiter l'ampleur.

Le changement climatique : histoire et enjeux. Jacques Merle, Bruno Voituriez, Yves Dandonneau.

Lire la suite ou masquer

Ce livre est désormais disponible en librairie. Il a été publié aux éditions L'Harmattan.

Décembre 2014

De la vague à l’âme : un demi-siècle de la vie d’un océanographe. Guy Jacques.

Lire la suite ou masquer

 

 

Novembre 2014

Climat , une planète et des hommes, Quelle influence humaine sur le changement climatique ? Publié en 2011 aux éditions Le Cherche Midi.
Ouvrage collectif de 26 chercheurs français.