Menu déroulant

Rubrique Fantaisie

Un auteur de bande dessinée en avance sur son temps

Le secret de l'espadon Les aventures de Blake et Mortimer 

Dans son combat contre le démoniaque Colonel OLRIK , conseiller militaire de l'usurpateur BASAM-DAMDU qui dirige l'Empire d'Orient et rêve d'asservir le Monde, le professeur Mortimer se réfugie dans la base secrète où se termine la construction de l'arme totale : " l'ESPADON" qui doit mener à la victoire du Bien contre le Mal . 

 

Pendant la visite de la base , une dernière porte franchie, Mortimer et son guide "s'arrêtent au milieu d'un inextricable réseau de conduites , de tuyaux et de vannes...." et le guide s'écrie " ..et voici le secret de notre énergie !....". 

 

 

Et il en décrit le principe : "Ce procédé qui met en jeu la différence de température existant entre les eaux de surface et les eaux profondes des mers tropicales est fort simple. Voici l'eau tiède qui nous arrive de la surface, vient s'évaporer dans le vide d'une chambre d'ébullition et la vapeur ainsi produite se condense au contact de l'eau froide extraite des profondeurs, dans une chambre de condensation. Le courant de vapeur établi entre la chambre d'ébullition et la chambre de condensation entraîne une puissante turbine , transformant ainsi l'énergie thermique en énergie mécanique , et, enfin, en énergie électrique par simple accouplement à la turbine d'un alternateur. Et voilà" . A quoi Mortimer répond : "prodigieux".

 


On reconnaît dans cette description le procédé ETM à cycle ouvert expérimenté par Georges Claude dans les années 1930. Jules Verne, dans son roman " 20.000 lieues sous les mers", publié en 1869, avait fait allusion à la possibilité d'utiliser le gradient thermique des mers pour produire de l'énergie électrique, sans toutefois décrire précisément le procédé de conversion comme le fait l'auteur de la Bande Dessinée. 


Extrait du troisième volume "Les secrets de l'espadon" d'Edgar P. Jacob, édition de 1986 (première édition en 1947). Série les aventures de Blake et Mortimer.

 

Michel Gauthier  - Novembre 2008