Menu déroulant

Les News

Mois de décembre 2007

1/2 - Bali, le verre à moitié vide, à moitié plein

La réunion annuelle de la conférence des parties à la Convention de Rio sur le changement climatique qui s’est tenue durant la première quinzaine de décembre 2007 à Bali revêtait une importance particulière. Le protocole de Kyoto, mis au point il y a dix ans au cours d’une réunion du même type, couvre en effet la période 2008-2012 et pour important qu’il soit en tant que premier accord international de réduction des émissions de gaz à effet de serre, il est très insuffisant pour assurer la maîtrise à long terme de ces émissions. Son prolongement est donc à l’ordre du jour et une décision à ce sujet est urgente : il aura fallu 7 ans pour que le protocole de Kyoto soit ratifié par suffisamment de pays pour entrer en vigueur. 

 

Le Groupe Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat avait programmé la réalisation de son 4ème rapport d’évaluation de façon à ce qu’il soit disponible sous sa forme définitive avant la conférence de Bali. Ce rapport dont toutes les composantes ont été approuvées à l’unanimité des pays membres confirme le rôle des gaz à effet de serre dans le réchauffement climatique observé et indique clairement que seule une diminution de l’ordre d’un facteur 2 des émissions mondiales de ces gaz d’ici à 2050 peut permettre de limiter l’augmentation de la température mondiale à 2 ou 3 °C, soit la moitié de celle qui sépare une ère glaciaire d’un optimum interglaciaire et qui provoque un bouleversement de la géographie mondiale (avec par ex. une variation  de quelques 80m du niveau des océans).

On aurait donc pu légitimement espérer que la Conférence de Bali aurait débouché sur des engagements concrets de réduction des émissions. L’inclusion dans le texte de la décision d’objectifs à moyen et long terme, (fourchette de réduction de 25 à 40% des émissions d’ici 2020 pour les pays développés, pic des émissions mondiales dans les 10-15 prochaines années et réduction d’au moins 50% d’ici 2050), était souhaitée par l’Union européenne et acceptée par l’ensemble des pays ayant ratifié le protocole de Kyoto. Elle s’est heurtée à l’opposition des États-Unis et seul un renvoi en note de bas de page aux pages importantes du rapport du GIEC a été possible. De ce point de vue, le résultat de Bali est donc très décevant.

Cependant, le verre n’est pas entièrement vide : la «Feuille de route de Bali» qui met en place un processus de négociation du régime de lutte contre le changement climatique post-2012 constitue une base suffisamment détaillée et cohérente pour permettre le lancement du cycle de négociations, elle fixe :

La prochaine Conférence des Parties à la convention et réunion des Parties au protocole de Kyoto se tiendra en décembre 2008 à Poznan (Pologne) pendant la présidence française de l’Union Européenne. Il est important de noter que les élections américaines auront lieu en novembre 2008 et que la négociation finale se fera avec une nouvelle administration en 2009, en vue d’une adoption par la Conférence des Parties qui se tiendra en fin d’année.

 

 


2/2 - GEO : Sommet ministériel sur l’Observation de la Terre - Quatrième réunion en novembre 2007

La conférence de Bali l'a encore démontré début décembre: la question d'une "gouvernance globale" pour traiter de questions vitales pour l'avenir de l'espèce humaine, (comme par ex. la modification de la composition chimique de notre atmosphère...), demeure le sujet d'intenses débats et peut encore paraître une utopie lointaine !

Cependant, depuis plusieurs années, il existe au niveau international des instances, regroupant des Agences Spatiales, ou des services Météo et des Instituts de recherche sur le climat, (certes basées sur le "volontariat et... le Best Effort") dont l'évolution récente constitue un signe encourageant en matière de gouvernance globale.

Divers Comités, (tels que CEOS/IGOS, GCOS, GOOS), ont été établis, plutôt par "spécialité professionnelle" (Espace, Climat, Océan... certains depuis plus de 20 ans); ils ont en commun le besoin de systèmes d'observations, (in Situ ou à distance...), globaux, permanents, et "inter opérables"!

Ces instances fonctionnaient de façon autonome avec, au delà de relations inter-personelles entre scientifiques ou ingénieurs en général excellentes... la nécessité de créer de multiples interfaces entre systèmes complexes... interfaces qui deviennent vite autant de sujets de coopération ou de... compétition entre les organisations nationales ou internationales concernées ! (il n'est d'ailleurs pas exclu que le néologisme "coopétition", devenu si quotidien, ait d'abord été employé, par un futur argonaute... à propos de cette situation !)

Les autorités politiques au niveau mondial ont décidé d'aller plus loin.
Après la réunion du sommet mondial du développement durable à Johannesburg en 2002, puis la réunion du G8 à Evian en 2003, prenant conscience de l’importance de la question de l’observation de l’évolution de notre environnement, elles ont convenu de rassembler en 2003 à Washington, un «Earth Observation Summit - EOS». Celui-ci a mis en place un «Group on Earth Observations - GEO» et lancé une action destinée à réaliser un «Global  Earth Observation System of Systems - GEOSS».

 

Une semaine avant la réunion de Bali, s'est tenu au Cap, en Afrique du Sud, le "quatrième Sommet ministériel du Groupe d’observation de la Terre GEO". Sans atteindre l'ampleur du forum de Bali, cette réunion rassemblait tout de même les délégations de 73 pays et 52 organisations internationales ! 

Le Sommet avait pour objectif d’établir un premier bilan du plan, élaboré au cours du précédent sommet en 2004 à Bruxelles, en vue de développer d'ici 2014, un "Système de Systèmes d’Observation de la Terre" (GEOSS).

 

Une assemblée plénière du GEO, réunie les 28 et 29 novembre 2007, ainsi qu’une exposition ont permis, à la fois de faire état des premières réalisations concrètes et de cerner les réseaux d’observations pérennes terrestres, océaniques, aéroportées et spatiales indispensables pour les prises de décisions en matière de gestion de la planète.

Au cours de la première phase de GEO, 106 projets à 2 ans ont été engagés et menés, pour la plupart, à bien. 

 

Ils couvrent les 9 domaines correspondants à des besoins sociétaux identifiés : 

En parallèle, 100 réalisations effectives sont à mettre au crédit des pays membres et des organisations internationales. Il s’agit, dans de nombreux cas, d’inscrire dans la perspective de GEO des actions déjà engagées auparavant, tel le système ARGO de bouées océanographiques ou encore le système PREV’AIR de prévision de la qualité de l’air. 

 

Le fait de placer ces efforts dans le cadre de GEO traduit la volonté de mutualiser les moyens disponibles au profit de l’ensemble de la communauté utilisatrice.


Parmi les projets mis en oeuvre spécifiquement pour GEO, on peut noter la mise en service de GEONETCast, un réseau de diffusion par satellite d’observations (météorologiques, océanographiques, environnementales...), à l’échelle de la planète, accessible à l’aide d’un équipement très simple et peu coûteux (une antenne satellite et un récepteur). 


La déclaration adoptée par l’ensemble des états membres de GEO fait état de l’engagement des pays membres pour développer l’interopérabilité des moyens d’observation et fournir l’accès aux données et aux systèmes de prévisions et d’information associés, dans le but d’aboutir à la réalisation totale du plan de mise en oeuvre à 10 ans décidé en 2004. 

 

Voir aussi les FAQ : 

 

GEO : Global Earth Observation - Comment doter l’humanité de moyens d’observation de la Terre exhaustifs, coordonnés et pérennes ?

 

Comment la recherche, et l'observation systématique de l'Océan et du Climat, sont-elles coordonnées au plan mondial?

 

 


Mois de novembre 2007

1/1 Bientôt un site ETM expérimental dans les DOM/TOM?

Après avoir été négligée pendant plusieurs décennies, l'ETM revient enfin dans le "Top 5" des énergies marines souvent citées dans la presse, soit au niveau de l'action gouvernementale, soit dans celle des Régions Ultra-périphériques, comme on dit à Bruxelles, notamment ces territoires ultra marins, que sont certains DOM-TOM.

Ceux qui ont suivi l'action du Club depuis 4 ans savent combien les Argonautes ont de raisons de se réjouir de cette "re-connaissance..." de l'ETM, ce moyen de production d'eau douce et/ou de kWh, renouvelables et non intermittents, cette ressource au potentiel considérable, dont notre pays a été le pionnier, ainsi que cela apparaît sur de nombreuses pages de ce site.

 

En effet, les procédés et les technologies nécessaires à son exploitation sont connus depuis les années 30, grâce aux expérimentations du français G.Claude.  

 

Les travaux plus récents réalisés principalement aux États-Unis et au Japon en confirment à la fois la faisabilité technique, les bénéfices environnementaux, et le potentiel économique.

 

Cette ressource située dans la zone intertropicale ouvre dès à présent des perspectives de développement pour les territoires et département d’outre-mer français.

 

La France s’est malheureusement mise hors jeu des travaux de R&D, après l’abrupt abandon du projet de la centrale de Tahiti en 1987.

 

Aussi nous réjouissons nous des derniers événements sur le sujet.

Le premier est la question formulée (News Juin 2007) par l’Institut de la Mer au candidat Sarkozy, à l’occasion des élections présidentielles  : 

"Quelles perspectives de développement des activités maritimes de l’Outre-mer français voyez-vous dans les cinq prochaines années ?

et sa réponse :
"La mer tropicale est également une source majeure d'énergies renouvelables, malheureusement inexploitée aujourd'hui. Leur développement passe par une recherche appliquée pertinente sur l'éolien offshore, sur l'hydrolien, et surtout sur l'énergie thermique des mers, actuellement ignorée."

Ignorée plutôt que négligée ? Qu’importe le terme puisque le candidat Sarkozy a compris l'enjeu pour augmenter la part des énergies renouvelables Outre-Mer !


Le second événement est l’annonce de Christian ESTROSI dans un communiqué Grenelle Environnement en date du 25/10/2007, qui mentionne «un Outre-Mer exemplaire» et «En Polynésie française, des recherches sont entreprises dans le domaine de l’énergie thermique des mers» (après avoir parlé initialement de "La création prochaine d’un pôle de compétitivité sur l’énergie thermique des mers en Polynésie française)

Enfin, le troisième événement est la présentation des résultats de l’étude NRJRUP. réalisée dans le cadre du programme DOCUP  2000-2006. Cette étude confiée à la Région Martinique visait à identifier les potentiels énergétiques issus des ressources marines pour produire de l’électricité dans les Régions Ultra Périphériques d’Europe (RUP) : Martinique, Guadeloupe, Guyane , Réunion , Açores ,Madère ,Canaries. 
Réalisée sur financement de la Commission Européenne, la présentation de ses résultats s’est faite lors d’un séminaire tenu à Fort de France du 23 au 25 octobre 2007 qui réunissait des élus, des représentants d’institutions publiques et des entrepreneurs. 

Outre l’éolien offshore, la houle et l’hydrolien, il fut aussi beaucoup question de l’ETM qui aurait notamment été reconnue comme "la filière la plus appropriée pour la Martinique et la Guadeloupe" et "à considérer pour la Guyane et la Réunion".  

 

Les candidats DOM&TOM sont donc nombreux à vouloir contribuer au développement des technologies pour l'exploitation de la ressource ETM. Ce passage d'un niveau d'activité comparable à celui d'un "cimetière des bonnes intentions" à un sympathique foisonnement de propositions est en lui-même prometteur. Le Club des Argonautes souhaite qu’une décision soit rapidement prise pour passer à l’étape suivante : réaliser un pilote ETM de production d’électricité, éventuellement jumelé avec un incubateur d’entreprises valorisant les produits associés à l’utilisation des eaux froides profondes. (comme c’est le cas au NELHA  à Hawaii et au Japon). 

 

Reste à coordonner les différents efforts pour qu'ils servent au mieux, dans leurs régions respectives, de vitrine aux industriels français, dont certains furent d'historiques pionniers de l'ETM. D'après nos informations, il semble qu'une structure de liaison "ad hoc" se mette en place dans cette perspective... Si tel est bien le cas, le Club suivra avec la plus grande attention cette nouvelle aventure et informera les internautes des progrès réalisés.

 

 


Mois de septembre / octobre 2007

1/1 - 50 ans après Spoutnik et l'Année Géophysique Internationale... le "Grenelle de l'Environnement" peut contribuer à rappeler certaines évidences !

Le Club des Argonautes a lu avec intérêt les propositions issues du rapport du Groupe de Travail : "Lutter contre les changements climatiques et maîtriser l'énergie".


Les questions que soulève la démarche en cours sont nombreuses, et la liste de propositions qu'elle a produites... forcement incomplète.

 

On peut noter par exemple que l'Énergie Thermique des Mers, source d'énergie non carbonée, plusieurs fois évoquée ici ou là, mais in fine toujours absente, n'est pas mentionnée même à titre prospectif, pour les Départements d'Outre Mer, dont il est pourtant proposé de faire "une vitrine de l'excellence climatique". 

 

De même, l'observation de la Terre n'apparaît qu'au titre de la recherche fondamentale sous la forme : "Extension et pérennisation des Observatoires de Recherche en Environnement (ORE)", alors qu'il faudrait mettre en place un véritable système d'observation globale au service d'un outil de pilotage de la Terre qui, bien entendu, dépasse les moyens limités de la recherche fondamentale et les objectifs des ORE, même si certains d'entre eux peuvent en être des éléments.

 
Globalement, force est de constater que la mer est peu présente dans les groupes du Grenelle de l'Environnement.  Une fois de plus, le Club des Argonautes souhaite attirer l'attention sur un point essentiel : 


La nécessité de disposer d'un système pérenne d'observation de l'ensemble du système climatique et particulièrement de l'Océan Mondial.

En effet, ce dernier est une composante majeure du climat puisqu'il est le principal "réceptacle" de l'énergie solaire. Il est, autant que l'atmosphère, un agent de transport de chaleur, mais ses échelles temporelles de variation imposent dans une large mesure le rythme des variations climatiques. 
Même si la compréhension des processus en cause, et de leurs non linéarités, ne cesse de progresser, la complexité de la machine Océan Atmosphère, (qui produit le climat), résulte notamment de l'existence de phénomènes turbulents; de la sorte, et comme en Météorologie, des observations globales et permanentes de l'Océan Mondial sont et demeureront indispensables.

En matière de changement climatique, l'exigence "Comprendre pour agir" ainsi que la méthode expérimentale chère à Claude Bernard, se déclinent ainsi: "Observer Comprendre Prévoir, puis Continuer à... observer !"

 

Un argumentaire a été transmis à plusieurs personnalités proches du Grenelle de l'Environnement. Son titre :

Poursuivre l'engagement français pour l'observation pérenne de l'Océan Mondial.

 

 


Mois de juillet / août 2007

1/2 Trois publications récentes parlent de l'ETM...

Page 70, on peut y lire: "L’énergie thermique : l’océan et la mer sont de gigantesques capteurs solaires. Dans la zone intertropicale de l’océan la différence de température entre la surface et le fond dépasse 20°C. Ce phénomène peut être exploité pour convertir une partie de la chaleur de l’eau chaude en énergie électrique", une phrase qui ne surprendra pas "nos abonnés" ! (et tous ceux qui visitent régulièrement ce site).

 

Ce qui est neuf... c'est de la voir dans un document officiel, suivie de la mention "Reprendre les travaux commencés en Polynésie" ! Signe que l'ETM est en train de passer de la catégorie... "énergies exotiques"... à la catégorie "Horizon à Long terme"! Un petit pas, mais... dans la bonne direction !! Surtout, si l'on se souvient que, lors du dernier colloque franco-britannique sur les énergies marines, l'ETM n'était même pas mentionnée ! (Il est vrai qu'il y a eu depuis... les réponses au questionnaire de l'IFM !) 

 

Toutefois, les auteurs ne semblent guère avoir mis à jour leurs connaissances sur la situation des diverses filières, qu'il s'agisse de leurs potentiels respectifs, ou de la maîtrise des risques liés à leur exploitation. L'avis selon lequel "Les technologies de l’énergie des océans doivent résoudre deux problèmes essentiels : faire la preuve de la conversion des énergies marines en énergies exploitables et résoudre les risques techniques liés à la dureté de l’environnement" est certes frappé au coin du bon sens... 

 

Mais il néglige le fait que le degré de réutilisation de technologies développées par ailleurs est variable d'une filière à l'autre : en ce qui concerne l'ETM, il s'agit d'une large part des progrès accomplis dans l'off shore profond avec, (comme l'indiquait déjà il y a 10 ans la DGEMP), de solides compétences industrielles en France.

 

De façon plus générale, on peut déplorer la timidité des tentatives pour renouveler les méthodes d'évaluation des avantages et inconvénients des diverses filières de production d'ÉNR (Énergies Nouvelles Renouvelables). Comment prendre en compte, par exemple, le fait qu'elles soient disponibles sans apport exogène de chaleur à "la source chaude", c.à.d. sans une pollution thermique qui, (sauf en cas de co-génération électricité + chaleur), représente, pour chaque KWh utile, environ... 2 KWh à dissiper ? 

 

Les approches tendant à réconcilier économie et écologie, (voir par exemple, et entre autres, la "méthode ExternE"), tout comme la transition vers des indicateurs qui ne soient pas uni-dimensionnels, (avec des budgets établis pas seulement en Euros, mais aussi en Kwh, et en tonnes de carbone, et ce... sur l'ensemble du cycle de vie), dépassent "l'objet social" du Club. Cependant, comment ne pas  souhaiter que l'un des "grands chantiers" qui sortiront, (peut être !), des futurs "États Généraux de l'environnement", (le "Grenelle"), porte sur "l'art" de produire des évaluations pertinentes et reproductibles, fondées sur des critères reconnus -au niveau européen de préférence- et appliqués de façon transparente ? Une condition nécessaire, (mais pas suffisante hélas !), pour faire de bons choix, n'est-elle pas d'avoir... de bonnes infos ? !  

 

(*) Notons au passage que ce numéro de la RM comporte également un article de JP Guinard sur les vagues scélérates.

 

 


2/2 Euro-Argo : Vers une contribution pérenne de l’Europe au réseau global in-situ Argo 

Communication de Pierre-Yves Le Traon - Responsable Programme Systèmes Opérationnels Hauturiers à l'IFREMER

 

Lancé en 2000 par la COI et l’OMM, le programme Argo a pour objectif de développer un réseau global de 3000 flotteurs profilants autonomes mesurant en temps réel la température et la salinité des 2000 premiers mètres de l’océan. 

 

Argo est un élément essentiel du système global d’observation des océans mis en place pour suivre, comprendre et prévoir le rôle de l’océan sur le climat de la planète.

 

Près de 2900 flotteurs sont actuellement en opération dans tous les océans. En 2006, plus de 900 de ces instruments ont été mis à l'eau, soit le nombre nécessaire pour maintenir un réseau de 3000 flotteurs actifs. 

 

Avec les observations des satellites, les données des flotteurs Argo sont la principale source d'information pour les chercheurs s'intéressant au climat et à l'océan, ainsi que pour les centres d'analyse et de prévision océanique. 

 

La France est très active dans tous les aspects du programme Argo : centre de données, développement de l'instrumentation, mise à l'eau des flotteurs, analyses scientifiques et océanographie opérationnelle via le groupement Mercator Océan. La contribution française à ce programme est coordonnée au sein du projet inter-organismes Coriolis. 


La première phase d’Argo est un succès remarquable. Pour la première fois, un véritable réseau global in-situ est mis en place. Vingt trois pays participent directement à la mise en place du réseau. De nombreux résultats scientifiques sur la caractérisation du réchauffement climatique et les changements à grande échelle de l’océan ont été obtenus ces deux dernières années et beaucoup plus sont attendus maintenant que le réseau est en place. Argo est devenu le complément indispensable des mesures satellitaires pour caractériser et comprendre les variations de l’océan. Les données sont également  utilisées en routine par les centres d’analyse et de prévision océanique et pour la prévision saisonnière du climat.

 
Le programme Argo entre dans une nouvelle phase: La démonstration de faisabilité a été faite et il faut maintenant s’assurer que le réseau sera maintenu sur les 10 à 20 années à venir. 

 

Une étape majeure a été franchie en Europe. En 2005 et 2006, en concertation avec ses partenaires internationaux et européens, Ifremer a coordonné l’élaboration d’un dossier Euro-Argo visant à développer une contribution européenne pérenne au réseau global Argo. A l’automne 2006, l’ESFRI a rendu officielle une liste de trente-cinq propositions de nouvelles infrastructures d’intérêt pan-européen dans sept secteurs clés de la recherche dont les sciences de l’environnement. Le projet Euro-Argo a été retenu ; à ce titre, il a pu participer à l’appel d’offres du 7ème PCRD sur les phases préparatoires des infrastructures de recherche. 

 

La phase préparatoire Euro-Argo doit permettre de mettre en place les accords entre les pays membres (niveau ministériel) et la commission Européenne (bureau GMES) pour une contribution pérenne de l’Europe au réseau Argo. La contribution visée est de l’ordre de 250 flotteurs/an, soit environ 1/4 du réseau global avec un échantillonnage densifié au niveau des mers régionales Européennes. La phase préparatoire est coordonnée par Ifremer (qui représente ici le projet Coriolis) et elle regroupe 15 partenaires et 11 pays (France, Allemagne, Grande Bretagne, Italie, Espagne, Pays Bas, Norvège, Irlande, Grèce, Portugal, Bulgarie). Elle va démarrer dès l’automne 2007 pour une durée de 30 mois. Outre les aspects légaux, financiers et d’organisation, des travaux techniques sur des éléments critiques du système (centres de données, technologie des flotteurs, nouveaux capteurs) seront menés ainsi que des études visant à démontrer l’impact d’Argo pour la recherche et l’océanographie opérationnelle. 

 

Le réseau Argo permet de suivre les variations à grande échelle des champs de température et de salinité des océans (ici la salinité à 100 m obtenue à partir d’environ un mois de données Argo en Février 2007). 

Contact : P.Y. Le Traon (pierre.yves.le.traon@ifremer.fr).

http://www.ifremer.fr/euro-argo/
http://www.coriolis.eu.org/
http://www.argo.net/
http://www.mercator-ocean.fr/
http://www.godae.org/
http://www.nersc.no/project/mersea
http://cordis.europa.eu/esfri/roadmap.htm

 

Le Club des Argonautes se réjouit de voir pérennisé un élément vital de la "Veille Mondiale Océan et Climat", ce système global d'observations depuis l'espace et in situ, (avec engagement des pouvoirs publics dans les différents pays participants), dont, depuis plusieurs années, il recommande la création, à l'image de ce qui existe déjà pour la Météo.

Voir notamment: http://www.clubdesargonautes.org..

 

 


Mois de juin 2007

1/1 ETM: un candidat bien informé...

Voici l'une des réponses au questionnaire de l'Institut Français de la Mer (question 12) transmise par l'un des 12 candidats a l'élection présidentielle: 

 

"La mer tropicale est également une source majeure d'énergies renouvelables, malheureusement inexploitée aujourd'hui. Leur développement passe par une recherche appliquée pertinente sur l'éolien offshore, sur l'hydrolien, et surtout sur l'énergie thermique des mers, actuellement ignorée."

Le Club des Argonautes se réjouit de voir ce point de vue, (dont il s'est fait l'avocat depuis sa création en Avril 2003), partagé par l'un des candidats, et plus précisément... par celui qui a été élu !

L'océan est effectivement le principal réceptacle de l'énergie solaire reçue sur Terre. Il en est aussi le plus grand réservoir. Dans la zone inter-tropicale, on peut exploiter les différences de température entre la couche superficielle chaude de l'océan (>25°C) et les couches profondes, (quelques centaines de mètres), où la température est de l'ordre de 5°C. 

Des expériences menées par la France entre les deux guerres et jusque dans les années 50, ont montré que cela fonctionnait. 

 

Ainsi qu'on a pu le voir sur ARTE, à l'occasion de l'émission du 25 mai consacrée aux énergies marines, des pays comme les USA et le Japon y travaillent à nouveau. Pourquoi la France, qui fut pionnière en la matière, et qui possède la plus grande zone économique maritime dans les régions tropicales, laisserait-elle en friche une énergie renouvelable, non intermittente, et dont les retombées: climatisation, production d'eau douce, voire aquaculture, sont loin d'être négligeables ?

(*) voir question 12, pages 18 -19, sur l'Outre-Mer français (Fichier Pdf de 200 Ko)

 

 


Mois de mai 2007

1/1 GIEC «Climate Change 2007» - Rapport du Groupe de Travail III

Les scientifiques et les experts gouvernementaux du GIEC, réunis à Bangkok, ont approuvé ce vendredi 4 mai la troisième partie du Quatrième Rapport.

 

Introduction

Le GIEC vient de publier les résultats des travaux de son troisième groupe de travail–WG III. Ce groupe avait pour mission de proposer, à l’intention des «décideurs», des solutions pouvant contribuer à maîtriser de façon durable les émissions de gaz à effet de serre.

Dans son rapport technique, le WG III dresse un inventaire de ces solutions et de leurs domaines d’application : production d’énergie, transports, construction des bâtiments résidentiels et commerciaux, industrie, agriculture, sylviculture, et gestion des déchets. Il insiste en particulier sur le rôle décisif des mesures qui seront prises pendant les 20 prochaines années. 

Le GIEC fait aussi état de la possibilité d’interventions globales sur la biosphère par des options non conventionnelles dites de géoingéniérie qui visent non pas à maîtriser les émissions de gaz à effet de serre mais à en réduire l’impact. 
L’intérêt particulier du Club des Argonautes pour les relations entre le Climat, l’Océan et l’Énergie, le conduit à ne considérer dans ce volumineux rapport, malaisé à lire, que les options ayant un lien avec l’océan. Celles-ci se trouvent aux chapitres 4 et 11, consacrés respectivement à l’énergie et à la géoingénierie. 

 

Ce que dit le GIEC sur les énergies marines


Au Chapitre 4.3.3.8, on lit que le potentiel de la ressource des énergies marines (houle, marée, gradients thermique et halin, courant) est «considérable» mais que son potentiel économique est «faible». Il est également signalé que les contraintes particulièrement sévères de l’environnement marin entraînent des coûts d’investissement élevés et, qu’à l’exception des usines marémotrices, les technologies ne sont encore qu’à un stade de développement comparable à celui de l’industrie des éoliennes des années 1980. Il est également noté que le partage de l’espace entre les différents usagers du domaine maritime demandera beaucoup de concertation. 

Suivent quelques données chiffrées sur les potentiels de production des filières houlomotrice et hydrolienne, avec parfois des références à des sociétés privées. 

Suit également un avis sur le besoin d’un financement mixte public et privé pour aider ces technologies à accéder au marché. 

Quant aux procédés de conversion des ressources du gradient thermique et du gradient de salinité, les experts du GIEC estiment qu’ils en sont encore au stade de la recherche et qu’il est trop tôt pour estimer leurs potentiels «techniques». Ils ajoutent toutefois que certaines «applications» pour le conditionnement d’air et la production d’eau douce pourraient être profitables aux nations insulaires de la zone tropicale, là où l’énergie primaire fournie par des centrales diesel-électriques est chère. 

 

Les commentaires du Club :


Le Club se réjouit que le GIEC donne une place aux énergies marines dans son «bouquet» d'énergies renouvelables susceptibles de répondre aux besoins mondiaux en énergie propre, et que l’Énergie Thermique des Mers soit citée. Depuis sa création le Club des Argonautes a été le promoteur assidu de cette ressource abondante, non intermittente, renouvelable, et... négligée. 

Le Club constate que cet inventaire est incomplet. À ce stade très élémentaire de l’information sur les énergies marines destinée aux «décideurs», le GIEC aurait pu ajouter la production de biocarburant à partir d’algues, cultivées dans des fermes marines. Il en est de même pour l’extraction de combustibles nucléaires contenus, en faibles teneurs mais en grande quantité, dans l’eau de mer. Des travaux expérimentaux ont été réalisés sur ces procédés. Le Club relève aussi que le GIEC n’a pas pris en compte la spécificité des technologies des éoliennes «offshore» et n’a pas inclus cette ressource dans son inventaire des énergies marines, comme il est maintenant admis de le faire dans la littérature spécialisée.

Enfin, le Club regrette que cet inventaire ne soit pas accompagné d’une étude plus complète, mieux documentée et plus objective des avantages et inconvénients des différentes filières. Ce chapitre consacré aux énergies marines n’apporte pas les informations nécessaires pour répondre à l’objectif du GIEC, qui est d’aider les «décideurs» à choisir les options les plus efficaces pour contribuer au développement durable. 

 

Ce que dit le GIEC sur les options de géoingéniérie :

Au chapitre 11 page 4 de son rapport, le GIEC fait mention d’options non conventionnelles offertes aux décideurs pour agir non plus séparément dans les secteurs classiques de l’économie (transports, énergie, etc.), mais à un niveau planétaire en utilisant des techniques dites de géo-ingéniérie.

Le GIEC évoque plusieurs possibilités dont deux concernent l’océan : soit stimuler la production primaire de l’océan en y introduisant un fertilisant, ce qui aurait pour effet de réduire la croissance de la teneur en dioxyde de carbone de l’atmosphère, soit construire un bouclier d’écrans solaires dans la haute atmosphère pour réduire le rayonnement intercepté par notre planète et donc par l’océan qui en est le principal réceptacle. 

Les commentaires du Club :


Il est rassurant de voir que l’Homme ne manque pas d’idées pour faire face à une situation critique. Mais le Club, en tant que promoteur du concept de Géonautique, s’interroge sur la pertinence de ces options, qui ne visent pas à réduire la perturbation initiale due aux émissions de GES, (priorité pour le Club), mais introduisent au contraire de nouvelles perturbations, pour tenter de minimiser l’impact de la première. Perturbations potentiellement irréversibles dont on ignore tout des effets qu’elles pourraient avoir sur le système climatique et les écosystèmes.

Toutefois, pour faire face à l'éventualité où les mesures visant à la réduction des gaz à effet de serre GES s'avéreraient insuffisantes, il convient de ne pas ignorer ces options non-conventionnelles et d'y consacrer un certain effort de R&D, organisé et partagé au niveau international.

Dossier "Le Changement Climatique" : Les commentaires du Club où en est la recherche ? (mai 2004)
XIV - Le Club pense qu’un effort de recherche et de développement technique peut contribuer à la solution des problèmes posés par le Changement Climatique.

XV- L'océan peut être une source d'énergie pour demain... 

 

Working Group III Report "Mitigation of Climate Change", release on 4 May 07 in Bangkok
SUMMARY FOR POLICYMAKERS

 


Mois d'avril 2007

1/1 Une évolution notable du système de prévision océanique global de Mercator Océan.

Depuis octobre 2005, Mercator Océan dispose d'un système opérationnel de prévision océanique global (pour les initiés le PSY3V1). Ce modèle d'une résolution horizontale d'1/4° (26 x 26 km à l'équateur) et d'une résolution verticale de 46 niveaux, est guidé par les mesures des anomalies du niveau de la mer fournies par les satellites altimétriques (on dit qu'il les assimile), mais ne prend pas en compte les données de salinité et de température de surface.

 

Mercator vient de franchir une étape décisive dans la complexité de ses systèmes avec la nouvelle version du modèle global (PSY3V2)

mercator042007.gif (73792 octets) Ce modèle de même résolution horizontale, d'une résolution verticale de 50 niveaux,  assimile désormais non seulement les anomalies du niveau de la mer mais aussi les températures de surface de la mer (données en provenance à la fois des satellites et des bouées dérivant à la surface de l'océan) et les profils de température et salinité provenant des mesures en mer (flotteurs Argo, bouées ancrées, etc.). 

De plus, ce nouveau système met en oeuvre un modèle de glace couplé à un modèle d'océan qui permet de décrire l'évolution de la glace de mer à travers plusieurs paramètres tels que l'épaisseur de la glace et de la neige, la compacité (concentration), la dérive de glace et la température de la glace.

 

La prochaine étape prévue pou 2008 est le passage de la résolution horizontale à 1/12°.

 

Pour en savoir plus :

 

Bulletin en images Mercator :

http://bulletin.mercator-ocean.fr/fr/PSY4#3/75.50/-51.33  

 

Dossier Océanographie Opérationnel - Modèle numériques

 

 


Mois de Mars 2007

1/1 GIEC: après l'analyse... le commentaire !

Que faire face aux incertitudes sur l'évolution du climat ?

Entendu sur une antenne de radio nationale, le 10 février à 14 H: "Le GIEC table sur un réchauffement climatique de 1,1 à 6,4 °C d'ici 2100"...

Cette façon de présenter les conclusions du Groupe de Travail N°1, publiées dans cette "1ere tranche" du 4ieme Rapport, est un raccourci: la réalité est plus complexe. En effet, la fourchette d'incertitude sur les prévisions 2100 comporte 2 composantes:

Dans son 4ieme rapport publié début février 2007, conformément à la mission qui lui a été confiée, le Groupe 1 du GIEC ne s'occupe que des bases scientifiques du changement climatique. Il est donc amené à envisager divers scénarios (qu'il considère, pour le besoin de son étude, également probables). 

 

Cependant, pour que le réchauffement moyen "Terre entière" demeure dans le bas de la fourchette d'incertitude, (qui s'étend de +1,1 à +6,4°, par rapport a la période 1980-1999), il est clair qu'il faut combiner l'hypothèse d'une faible sensibilité climatique et celle d'un ralentissement du rythme des émissions

 

A l'autre extrême, se trouve le "pire cas 2100": celui d'émissions demeurant très importantes, combinées à l'hypothèse d'une forte sensibilité climatique !  Le Club juge nécessaire d'insister sur la nature différente de ces deux catégories  d'incertitudes, et d'essayer de dessiner ce que pourrait être le climat du futur, selon que des mesures de limitation des émissions seront ou non prises. 

 

En l'absence d'un nouvel accord international, (prolongeant et amplifiant le Protocole de Kyoto), les situations aboutissant à un réchauffement moyen en 2100 compris entre 1,1 et 3,8 degré (correspondant aux scénarios GIEC de "type B1 ou B2", soit une teneur en GES voisine de celle des annees 1990), sont évidemment MOINS PROBABLES que celles correspondant à un réchauffement moyen compris entre 2 et 6,4 degré (scénarios GIEC "type A2 ou A1FI" -ce qui veut dire Fossil Intensive- soit une teneur en GES de 3 a 4 fois sa valeur pré-industrielle).

 

En outre, bien qu'il n'existe que des connaissances partielles sur l'existence éventuelle de seuils dangereux, une part de la communauté scientifique considère qu'un réchauffement moyen limité à 2°C réduit le risque d'auto-amplification du réchauffement. En fonction de cette considération, diverses politiques dites "Facteur 4", (c a d la division par 4 des émissions des pays riches d'ici 2050), ont été formulées. (C'est le cas de notre Plan Climat actuel). Bien entendu, la valeur de 2°C, (pour conjurer ce que le Sénat appelle risque d'emballement climatique), est loin d'être intangible.

 

Enfin, compte tenu de leur capacité calorifique considérable, les océans absorbent près de 90 % des KWh excédentaires. Leur température de surface augmente moins vite que celle des surfaces continentales; cet effet se combine avec les variations régionales, (liées entre autres a la répartition géographique des continents), de sorte que le réchauffement moyen est plus élevé dans l'hémisphère Nord. Au total, un réchauffement MOYEN de 4° de la température de surface peut signifier en réalité +8° sur certaines zones continentales (et même +12° en zone arctique). C'est à dire, dujamais vu au cours des 400 000 dernières années ! (au cours desquelles, les périodes les plus chaudes, il y a 125 000 ans, ont vu un réchauffement moyen de +2° seulement, par rapport a la situation actuelle).

Cette perspective inspire les commentaires suivants aux Argonautes :

Depuis plus de 3 ans, les Argonautes insistent sur l'intérêt d'une telle "VMOC", car  rien ne garantit que des observations de l'océan et du climat (qui ont joué un rôle décisif pour le 4ieme Rapport du GIEC), seront  poursuivies en routine, comme c'est le cas, en météorologie, pour les mesures quotidiennes de l'état de l'atmosphère.

 

Voir aussi FAQ  : 

Quel est le rôle de l'océan dans le changement climatique anthropique?
Commentaires sur les résultats présentés dans le 4ème rapport du GIEC (2007).

 

 


Mois de Janvier/février 2007

1/3 Présentation à la presse par ECRIN et Omniscience du livre "Énergies Alternatives"

 

 

Le vendredi 16 février 2007 l'association ECRIN (Échange et coordination recherche-industrie) a présenté dans ses locaux parisiens le livre "Énergies Alternatives" réalisé à partir des travaux de ses groupes de travail spécialisés sur les énergies alternatives, leurs potentialités et les développements en cours. 

Cet ouvrage ne se limite pas à l'examen des énergies renouvelables ( solaire, éolien, biomasse, géothermie, hydraulique et énergie thermique des mers) mais aborde aussi les problèmes de leur stockage, de leurs applications aux transports et à l'habitat. 

Cet ouvrage dense en informations et en données chiffrées est une référence pour un public informé mais non spécialiste soucieux de mieux comprendre les enjeux liés à l'énergie.

 

 


2/3 Du nouveau sur les variations du niveau de la mer
Le prix André Prud’homme décerné à Madame Alix Lombard

Le prix André Prud’homme a été créé en 1992 par la Société Météorologique de France avec le soutien de Météo-France, pour honorer la mémoire de André Prud'homme, météorologiste français mort accidentellement en Terre-Adélie pendant l'Année Géophysique Internationale (1957-1958).

 

Le jury qui s'est réuni le 3 octobre 2006 a choisi d'attribuer le prix à Alix Lombard du LEGOS(Laboratoire d’Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales) pour sa thèse :

 "Les variations actuelles du niveau de la mer: observations et causes",

thèse de l'Université Paul-Sabatier (Toulouse), soutenue le 25 novembre 2005. 

 

Ses résultats ont été une contribution essentielle aux travaux du Groupe d’Expert chargé de la première partie (Les bases scientifiques physiques) du 4ème rapport du Giec sur le changement climatique adoptée début février 2007. Le prix a été décerné le 17 janvier 2007 à Toulouse (Météo-France, Centre International de Conférences) alors que ces experts mettaient la dernière main à leur rapport. 

C’est l’occasion pour le Club des Argonautes, avec le concours d’Alix Lombard, de faire connaître l’état actuel des connaissances sur les variations du niveau de la mer.

Voir FAQ: Quelles sont les variations actuelles du niveau de la mer ? Observations et causes.

 

Voir aussi  News de juin 2006: Oui, le niveau moyen des mers augmente ! Pourquoi ? Comment ? ET OU ?

 

 


3/3 Publication du 4ème Rapport du GIEC (IPCC)

Groupe de travail I: Bilan 2007 des changements climatiques: les bases scientifiques physiques »

Environ tous les quatre ans le Groupe Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat, GIEC, créé en 1988 par l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), publie un rapport sur l’état des connaissances sur le changement climatique.
Par changement climatique, contrairement à la définition de la Convention Cadre des Nation Unies sur le Changement Climatique, CCNUCC, le GIEC entend les évolutions du climat de notre planète qu’elles qu’en soient les causes, naturelles ou résultant de l’activité humaines.

Ce rapport comprend trois parties, correspondant aux trois groupes de travail qui constituent le GIEC:

Lors de sa réunion tenue à Paris du 29 janvier au 2 février, le Groupe I a adopté son rapport dont nous faisons ici l’analyse.

 

Le rapport complet intitulé: 

«Quatrième rapport d’évaluation - Groupe de travail I: Bilan 2007 des changements climatiques: les bases scientifiques physiques», 

fait le point sur les connaissances scientifiques concernant l’état du climat et son fonctionnement. Il a été adopté par consensus par l’ensemble de la communauté scientifique. Il représente un volume d’un millier de pages.


Ce rapport est résumé sous la forme d’un document de 15 pages, intitulé « Résumé à l’intention des décideurs», adopté mot par mot par l’ensemble des scientifiques représentants les États Membres partis à la CCNUCC.

  1. Que montre l’analyse des données disponibles ?

  2. Quel est le poids relatif des différentes composantes du forçage radiatif ?

  3. Comment s’explique et à quoi doit-on attribuer le changement du climat ?

  4. Qu’en est-il pour le climat du futur? 

  5. Note complémentaire sur les 6 scénarios

 

  1. Que montre l’analyse des données disponibles ?

    Le quatrième rapport confirme et amplifie les résultats du troisième.

    Pour ce qui concerne l’évolution constatée, l’exploitation des données existantes, que ce soit des mesures directes ou des valeurs reconstituées par différentes méthodes, en particulier par analyse des carottages de glaciers, confirme et précise l’accroissement des températures, la fonte accélérée des glace et son corollaire, l’augmentation du niveau des océans.

    Onze des douze dernières années sont parmi les plus chaudes depuis que l’on dispose de mesures directes, soit depuis 1850. Pour la période 1906-2005, la croissance moyenne de la température à été de 0,74°C, contre 0,6°C pour la période 1901-2000. Si l’on ne considère que les cinquante dernières années ce taux est presque double de celui des cent dernières années.

    Les doutes qui existaient lors du troisième rapport sur l’évolution des températures dans la basse et moyenne troposphère ont été levés et le taux d’accroissement dans cette partie de l’atmosphère est comparable à celui constaté en surface.

    L’accroissement de la quantité de vapeur d’eau contenue dans l’atmosphère est conforme à celle déduite du réchauffement, ce qui au passage implique un accroissement corrélatif de l’effet de serre.

    Les océans ont capturé la majeure partie de l’augmentation de l’énergie, ce qui s’est traduit par un accroissement de leur température moyenne jusqu’à -3000 mètres. Ce réchauffement a entraîné leur expansion et a ainsi contribué à l’augmentation du niveau des mers de 1,6 mm/an pour la période 1993-2003 contre 0,42 pour 1961-2003.

    Dans chacun des deux hémisphères la couverture neigeuse et l’épaisseur des glaces ont diminués, entraînant un accroissement du niveau des océans de 0,77 mm/an pour la période 1993-2003, alors qu’il n’avait été en moyenne que de 0,50 mm/an entre 1961 et 2003.

    Au total l’accroissement du niveau des océans a été de 3,1 mm/an entre 1993 et 2003 contre 1,8 mm/an pour 1961-2003. Il faut cependant noter que de tels taux d’augmentation ont été observés pour d’autres périodes depuis 1950. Il n’est pas clair de savoir si ces taux sont significatifs d’une tendance à long terme ou s’ils relèvent de la variabilité décennale. Il est cependant quasiment certain que l’accroissement du niveau moyen des océans a été de 0,17 m au cours du 20ème siècle.

    En plus de ces changements un grand nombre d’autres paramètres ont évolué toujours dans le sens du réchauffement. Par exemple:

  • La température de l’Arctique a cru deux fois plus vite au cours des 100 dernières années que pour le reste du globe, et la surface glacée a diminué de 2,7 % par décennie depuis 1978.

  • La température au sommet du pergélisol dans l’Arctique a augmenté de 3°C, au cours des années 80, et l’extension maximale de la surface du sol gelée pendant la saison froide, dans l’Hémisphère Nord, a diminué d’environ 7 % au cours du 20ème siècle. Au cours de la période 1990-2005 la quantité des précipitation a tendu à s’accroître sur la partie est de l’Amérique du Nord et du Sud, sur le nord de l’Europe et le nord et le centre de l’Asie, tandis que la sécheresse a augmenté sur le Sahel, la Méditerranée, le sud de l’Afrique et de l’Asie. Il faut cependant noter que, compte tenu de la forte variabilité spatiale et temporelle des précipitations, il n’est pas à ce stade possible de détecter une tendance générale pour d’autres régions significativement grandes.

  • Dans les régions tropicales et sub-tropicales les périodes de sécheresse ont tendu à être plus intenses et plus longues, depuis 1970, liées à des températures plus élevées et à des précipitations plus faibles. De même on a pu relier les sécheresses à l’augmentation de la température de surface des océans, à la modification de la circulation générale de l’atmosphère et à la décroissance des surfaces des glaces et de la couverture neigeuse.

  • On peut citer aussi l’augmentation: de la fréquence des vagues de chaleur, des températures maximales et des températures minimales, des précipitations intenses, etc. 

  • On notera cependant que l’on n’a pas détecté un accroissement de la fréquence des cyclones tropicaux. L’exploitation des enregistrements de cyclones par les satellites semble montrer un accroissement de leur intensité. On ne peut cependant rien dire de la période antérieure à 1970, car il n’existait pas de mesures satellitales et que les mesures directes sont douteuses.

Enfin, la ré-analyse des données paléo climatiques, ainsi que l’obtention de nouvelles données permettant de remonter dans le temps au delà de 800 000 ans, montrent que le réchauffement de l’atmosphère a pour effet d’accroître la concentration des gaz à effet de serre, laquelle provoque à son tour une augmentation de température. La température moyenne des cinquante dernières années est très probablement supérieure à celle des cinq cents dernières et, vraisemblablement, des derniers mille trois cents ans. Pendant la dernière période interglaciaire, il y a environ 125 000 ans, le réchauffement des régions polaires, de 3 à 5°C au dessus de la température moyenne du 20ème siècle, (et lié à la variation des paramètres de l’orbite terrestre), a conduit à un accroissement du niveau de la mer de l’ordre de 4 à 6 mètres, par rapport au niveau actuel. L’impact de la fonte des glaces du Groenland et des régions Arctique n’intervenant que pour moins de 4 mètres, il est très probable que la différence ait été due à la fonte des glaces de l’Antarctique.

 

Retour sommaire
 

  1. Quel est le poids relatif des différentes composantes du forçage radiatif ? 

    La concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère a continué à s’accroître. Depuis le troisième rapport, l’amélioration des connaissances scientifiques a conduit à une meilleure compréhension de l’influence des activités humaines sur le bilan thermique. Ceci a conduit au fait que l’on peut aujourd’hui, avec une très haute probabilité, affirmer que les activités humaines ont conduit, depuis le début de l’ère industrielle vers 1750, à un accroissement du forçage radiatif de 1,6 watt/m2, soit environ cinq fois plus que celui lié au variation du rayonnement solaire qui atteint le sommet de l’atmosphère.

    Les chiffres du forçage radiatif que l’on peut retenir aujourd’hui sont les suivants:

  • Accroissement de la concentration des gaz à effet de serre: +2,30 W/m2.

  • Aérosols d’origine humaine: -0,50 W/m2.

  • Variation de l’albédo lié aux nuages: -0,80 W/m2.

  • Accroissement de l’O3 du aux activités humaines: +0,35 W/m2.

  • Hallocarbones: +0,34 W/m2.

  • Variation de l’albédo du à la modification de l’usage des sols: -0,20 W/m2.

  • Variation de l’albédo du aux retombées des suies sur la neige: +0,10 W/m2.

  • Variation du rayonnement solaire atteignant l’atmosphère: +0,12 W/m2.

Retour sommaire

  1. Comment s’explique et à quoi doit-on attribuer le changement du climat ?

    Le troisième rapport concluait que l’accroissement des températures, au cours des cinquante dernières années, pouvait de manière quasi certaine être attribué à l’accroissement de la concentration en gaz à effet de serre.

    L’étude de séries de mesures, plus complètes et plus longues, ainsi que l’amélioration de la qualité des modèles de simulation et du nombre des simulations, permettent d’affirmer aujourd’hui que la majeure partie du réchauffement observé depuis le milieu du 20ème siècle peut, avec une très haute probabilité, être attribuée à l’action humaine.

    Les modèles de simulation qui prennent maintenant en compte les aérosols, qu’ils soient d’origine volcanique ou dus à l’action de l’homme, donnent, pour la période qui va de 1900 à 2000, des résultats qui coïncident remarquablement bien avec les observations. 

    La seule prise en compte dans les modèles des variations naturelles ne peuvent en aucune façon expliquer le réchauffement constaté et la fonte des glaces.

    La coïncidence ne se résume pas aux températures de surface mais aussi aux variations dans la troposphère et dans les quelques premiers milliers de mètres des océans. De la même façon les changements dans la circulation générale de l’atmosphère, tels que le décalage vers les pôles du lit des perturbations, se trouvent vérifiés.

    Enfin le réchauffement, croissant de l’équateur vers les pôles et plus important pour les surfaces continentales que pour les océans, correspond bien à ce qui est observé. 

    Par contre, il est bon de noter, qu’au stade actuel, les modèles sont non conclusifs pour ce qui concerne les modifications aux échelles sous continentales ou locales. De même, les changements dans la circulation générale qui apparaissent dans les simulations, sont plus faibles que ceux observées.

    En conclusion on peut dire que les résultats des modèles de simulation, confortés par les observations, donnent pour une concentration en gaz carbonique de 550 ppm, un réchauffement, par rapport à la période préindustrielle, compris entre 2°C et 4,5°C la meilleure estimation étant de 3°C. 

    Un réchauffement inférieur à 1,5°C est très improbable, alors qu’une valeur supérieure à 4°C n’est pas à exclure, bien qu’ici les résultats des modèles ne soient pas soutenus par les observations. Le rôle dominant de l’accroissement du contenu en vapeur d’eau de l’atmosphère dans ce réchauffement est maintenant mieux compris, tandis que celui des nuages fait encore partie des incertitudes à éclaircir.

    Retour sommaire

  2. Qu’en est-il pour le climat du futur? 

    Pour projeter ce que pourrait être le climat du futur, il faut connaître la façon dont évolueront les émissions de gaz à effet de serre, évolution qui ne dépend que de la volonté humaine. Aux incertitudes d’ordre scientifique s’ajoutent donc celles qui relèvent du comportement humain.

    D'un point de vue scientifique, ce quatrième rapport bénéficie d'un plus grand nombre de simulations effectuées avec des modèles fortement améliorés, et qui ont été confrontés aux observations existantes. (Par exemple, les estimations faites depuis le premier rapport, qui donnait un réchauffement compris entre 0,15°C et 0,3°C par décennie, se comparent favorablement avec la valeur observée de 0,2°C par décennie). 

    Le quatrième rapport donne le résultat de ces simulations, effectuées en utilisant, pour l’évolution de la concentration des gaz à effet de serre, celles fournies par six scénarios d’évolution des émissions en fonction des activités humaines. Ces 6 scénarios ont été définis par le groupe spécial du GIEC chargé de cette tâche. Il sont contenus dans le SRES (Special Report on Emission Scenarios).

    Les simulations utilisent les concentrations fournies par les différents scénarios sur la période 2000-2100 ; ces concentrations étant supposées constantes au delà de 2100.
    Dans ces conditions, pour les vingt ans à venir, le taux du réchauffement pourrait être de 0,2°C par décennie. Même si la concentration restait limitée à son niveau de 2000, ce taux serait encore 0,1°C.

    Par rapport à la période 1980-1999, le réchauffement pourrait, à la fin du 21ème siècle et selon le scénario choisi, être compris entre 1,7°C et 4,0°C. (Valeur moyenne "Terre entière", qui peut masquer des écarts géographiques de 1 à  3, notamment dans la zone arctique). A chacune des six valeurs moyennes  correspondant aux six scénarios, est attachée une fourchette d’incertitude qui, pour les 2 exemples cités, est respectivement: [1,0 à 2,7] °C et [2,4 à 6,3] °C. 

    Par rapport au troisième rapport, le quatrième sépare donc bien les incertitudes scientifiques liées à la simulation du climat de celles liées au comportement humain.

    Le réchauffement entraîne une diminution de la quantité de CO2 capturée par les océans et les sols ce qui, ajouté à un plus grand nombre de modèles, explique l’élargissement des fourchettes d’incertitude données dans le troisième rapport.

    Pour le niveau moyen des océans, et selon les scénarios déjà décrits pour les températures, l’accroissement irait de 0,28 m [0,19 à 0,37] m à 0,48 m [0,28 à 0,58] m. L’expansion thermique serait responsable pour 60 à 70% de cet accroissement.

    Les valeurs plus faibles que celles qui figuraient dans le troisième rapport tiennent à une meilleure estimation de l’énergie capturée par les océans et à une meilleure appréciation de la fonte des glaces. Si cependant la fonte des glaces du Groenland se poursuivait de manière linéaire par rapport à la situation actuelle, on devrait augmenter de 10 à 25% les valeurs données pour chacun des scénarios.

    Il faut enfin noter que l’accroissement de la quantité de gaz carbonique dissous dans les océans conduit à un accroissement de son acidité et, à terme, à une dissolution des carbonates contenus dans les sédiments des eaux peu profondes et les récifs coralliens.

    Au delà des deux paramètres que sont la température et le niveau des océans, le rapport note les points suivants:

  • Réchauffement croissant avec la latitude, plus important sur les continents que sur les océans.

  • Diminution des glaces dans l’Antarctique et l’Arctique, cet océan pouvant en fin de période être presque totalement libéré en fin d’été.

  • Diminution du nombre de cyclones tropicaux, mais accroissement de leur intensité.

  • Si le réchauffement de l’ordre de celui projeté se poursuivait sur quelques millénaires, la fonte totale des glaces du Groenland pourrait conduire à un accroissement du niveau des océans de quelques 7 m. Les températures projetées, comparables à celles ayant régné il y a 125 000 ans, avaient alors conduit à un niveau 4 à 6 m plus élevé que l’actuel.

  • La température de l’Antarctique devrait rester suffisamment froide pour qu’il n’y ait pas de fonte généralisée des glaces de surface et, par ailleurs, l’accroissement des précipitations devrait plutôt conduire à une augmentation de l’épaisseur de glace.

Enfin, il faut noter la longueur du cycle du gaz carbonique qui fait que les émissions du 21ème siècle devraient conduire à un réchauffement de l’atmosphère, et à une élévation du niveau des océans, qui se poursuivront au delà de mille ans.

Retour sommaire

  1. Note complémentaire sur les 6 scénarios

    Les scénarios se répartissent en quatre familles, certaines d’entre elles présentant des variantes. Il est important de noter qu’aucun de ces scénarios ne suppose que l’on impose une contrainte aux émissions, comme par exemple celle résultant de l’application du protocole de Kyoto. Il ne donne aucune estimation de la probabilité de chacun d’entre eux.

    On distingue:

    A1. Le développement économique est très rapide, la population mondiale passe par un maximum vers le milieu du 21ème siècle, et décroît ensuite, et des technologies nouvelles et plus efficaces sont introduites. Cette évolution est véritablement mondiale, le développement des différents États convergent. Cette famille est elle même subdivisée en trois variantes qui dépendent de l’évolution des technologies:

  • A1FI: Utilisation intensive des énergies fossiles

  • A1T: Utilisation d’énergie non fossile

  • A1B: Utilisation mixte.

A2. Le monde reste très hétérogène et le développement se fait sur la base des ressources régionales et locales.


B1. L’évolution mondiale de l’économie et des population sont les mêmes qu’en A1 mais se produit une évolution rapide des structures économiques vers des activités de services.


B2. Le développement est basé sur des solutions locales qui mettent l’accent sur les problèmes sociaux et sur la durabilité. L’accroissement de population a un taux plus faible qu’en A1 et B1, et le développement est moins rapide de même que l’évolution des technologies. Bien que basé aussi sur des préoccupations environnementales et d’équité sociale l’aspect régional et local domine.

 

Retour sommaire

 

Version française provisoire du Résumé (document Word) à l'intention des décideurs publié par la Mission Interministérielle sur l'Effet de Serre